MAJ : 10/01/2020

À en lire les statistiques de notre site internet, l’intérêt des pêcheurs pour ce poisson ne va que grandissant d’année en année. Rien que pour l’année 2019, la carte interactive des parcours carpe de nuit a totalisé près de 37 000 consultations ! Une paille !

Il faut dire que la Loire-Atlantique détient un cheptel naturel fourni et régulièrement réparti sur l’ensemble du territoire : du nord au sud, en cours d’eau, fleuve ou étangs, l’emblème « carpe » est omniprésent. Les plus passionnés des pêcheurs sillonnent le département, la région voire la France entière pour décrocher le GRAAL : la 30+ ! (comprenez plus de trente kilos ).

À notre niveau départemental et en une vingtaine d’années, le nombre des parcours de pêche de la carpe de nuit a explosé, passant de 8 en 1999 à 40 en 2019.

Au-delà du nombre de parcours, c’est la démocratisation de la pêche nocturne qui est en jeu. Cette dernière est formellement interdite dans les eaux douces françaises, mais certains pionniers ont, dès le milieu des années 80, développé les premiers parcours. Après de nombreuses tractations entre les « pros » et les « antis », les premiers compromis se sont dessinés autour de quelques sites. La pêche nocturne est encore aujourd’hui exclusivement réservée à la pêche de la carpe, et uniquement sur des sites identifiés par la Fédération Départementale et les services de la préfecture.

 

La nuit est chaude… Elle est sauvage !

Installer le bivouac et déployer ses lignes, observer la nature qui s’endort et écouter celle qui se réveille. Se retrouver entre amis et partager un bon repas, laisser exploser les goûts et les couleurs (des bouillettes) en attendant le départ… Se réveiller en sursaut et commencer le « combat », ressentir la puissance du poisson… Veiller jusqu’au petit jour, puis s’endormir.

On monte le camp et on déploie le Bivvy

C’est tout cela à la fois ! Pêcher la carpe est convivial : entre amis ou en famille, c’est un moment d’échanges de savoir-faire, de partage de matériels et de convivialité autour du bivouac : réchaud, sac de couchage et bedchair (lit picot pour les plus tactiques), un bel apéro (à consommer avec modération) devant le plus beau des spectacles : une nuit en pleine nature !

 

Savoir identifier les carpes

La carpe est un poisson originaire d’Asie. Introduites en France dès le moyen-âge pour l’élevage et la consommation (ce poisson très gros nourrissait de grandes familles), les carpes ne présentent néanmoins pas ou peu d’intérêt gastronomique. En effet, sa chair bien que ferme et grasse n’est pas aussi « fine » que celle d’un sandre ou qu’une perche. De fait, peu de pays européens la consomment de manière régulière (la Pologne par exemple est une exception européenne).

Dès les années 80, certains pêcheurs d’outre-manche passionnés de carpes  vont introduire la pratique du No Kill (catch and release chez les anglo-saxons) et un fervent engouement pour la pratique. C’est aujourd’hui encore et plus que jamais la graciation qui domine la pêche de la carpe.

Les individus chez ce poisson sont très polymorphes (ils peuvent présenter un aspect très différent au sein de la même espèce).

Les différentes espèces de carpes présentes dans nos eaux sont les suivantes :

 

Esp. Carpe commune (Cyprinus carpio)

allongée et trapue recouverte de grosses écailles, bouche protractile comportant 4 barbillons

Carpe commune

Carpe miroir

carpe cuir

  • variante morphologique : la carpe miroir qui présente un corps majoritairement dépourvu d’écaille sauf sous la dorsale et la caudale, mais peut présenter des caractères morphologiques différents comme  : 
    • la carpe « linéaire » : les écailles sont réparties le long de la dorsale (plus petites) ainsi que le long de la ligne latérale (plus grosses)
    • la carpe dite « tarte aux pommes » (fully scaled en anglais), grosses écailles régulières réparties sur l’ensemble des flancs
  • variante morphologique : la carpe cuir : dépourvue d’écailles
  • variante morphologique : la carpe koï : (poisson ornemental) dorée, à tâches jaunes, orangées ou noires

 

Carpe « linéaire » – image web

Carpe Koï – image web

 

Esp. Carpe amour blanc (Ctenopharyngodon idella)

Carpe Amour blanc

 

 

Corps élancé et cylindrique recouvert d’écailles « argentées ». Pas de barbillon sur la bouche. Yeux petits, répartis « assez bas » sur une tête massive.

Espèce récemment  introduite et commercialisée en France (fin des années 50) pour lutter contre l’envahissement de la végétation aquatique, elle est susceptible de créer des déséquilibres parmi les autres espèces piscicoles par destruction des supports de pontes des autres espèces.

 

 

 

 

Où pratiquer la pêche de la carpe de nuit ?

Derniers réglages avant le départ !

 

la Loire-Atlantique présente 39 sites de pêche de la carpe de nuit répartis entre nord et sud :

 

 

Les sections « Carpe » des AAPPMA

L’AAPPMA La Gaule nantaise

Contact : Jacques HERMANT au 06 78 88 99 65

 

 

Les clubs carpistes en Loire-Atlantique

Les Bipeurs Fous 44140 La Planche Yannick NERRIERE 06 82 18 75 13
No Kill 44/85  44330 Le Pallet Stéphane GRAVOT

06 24 72 20 26

m@il : stephanegravot@orange.fr

Club Carpiste Castelbriantais 44110 Châteaubriant Bruno BONNET 06 83 45 92 79
Breizh Carpe Club 44540 Saint-Mars-La-Jaille Guy LEMAIRE 06 50 76 10 02
Pornichet Carp Club 44380 Pornichet Michel DELORME 06 22 80 89 45

 

 

La charte du carpiste

En tant que pêcheur pratiquant spécifiquement la pêche de la carpe, je m’engage à respecter les dispositions suivantes et n’hésite pas à les communiquer autour de moi :

– Je dois être muni d’une carte de pêche répondant aux obligations du lieu pêché (carte interfédérale ou timbre réciprocitaire).
– Le poste de pêche, ainsi que l’environnement, doivent être laissés propres et intègres à mon départ. C’est à moi de m’adapter à la nature, et non pas le contraire.
– Pour satisfaire mes besoins naturels, je dispose d’une petite pelle qui me sert à les soustraire aussi bien de la vue que de l’odorat de mes semblables tout en respectant la flore et la faune sauvages
locales.
– Je collecte tous les déchets dans des sacs poubelle et les dépose dans des conteneurs sur place ou je les ramène à la maison.
– Mon abri doit être de taille raisonnable (maximum 9m²) et de couleur neutre. Mon campement est discret et respectueux de l’environnement. Il tient compte des autres usagers des lieux.
– Mon amorçage doit être raisonnable, mes montages utilisés doivent être adaptés au lieu de pêche pratiqué, mes distances de pêche doivent respecter les autres pêcheurs du site.
– Le poisson pris doit être respecté et faire l’objet de toute mon attention, l’utilisation d’un tapis de réception s’impose. Le poisson doit être remis à l’eau sur le lieu même de sa capture.
– Ma présence et ma pratique de la pêche ne doivent pas représenter une gêne pour les activités ou le repos d’autrui. L’espace d’une rivière ou d’un plan d’eau doit donc être partagé avec civisme et
respect.
– La divagation des chiens, le tapage de jour comme de nuit, la consommation d’alcool, la navigation quand celle-ci est autorisée, sont soumis aux lois et règlementation auxquelles tout individu doit se conformer que ce soit pour sa propre sécurité ou le respect d’autrui.
– Pour éviter tout risque d’incendie, je m’abstiens d’allumer des feux au sol.

Afin de lutter contre le trafic de carpes, il est interdit à tout pêcheur amateur de transporter vivantes les carpes de plus de 60 cm.
Tout contrevenant encourt une amende de 22 500 € ainsi que la confiscation du matériel qui a servi ou était destiné à commettre l’infraction.
En Loire-Atlantique, sur les plans d’eau gérés par les AAPPMA, la pêche de la carpe n’est autorisée qu’à distance de lancers de lignes, leur dépose à l’aide d’embarcation est interdite.
L’observation de ces quelques règles, de la réglementation générale ou locale, permettra aux carpistes d’être reconnus et respectés de tous.

 

Téléchargez la plaquette « Comment pêcher la carpe »

Ce petit dépliant 3 volets s’adresse aux débutants et pose les premières bases de la pêche de la carpe.

 

La réglementation spécifique

La réglementation pêche concernant la pêche de la carpe est basée sur la réglementation générale, avec quelques spécificités complémentaires à respecter:

  • le transport vivant des carpes d’une taille supérieure à 0.60 mètre est interdit
  • la dépose des lignes en embarcation est interdite en plans d’eau/ autorisée en rivières (uniquement à distance de lancer de canne)
  • Pour la pêche de nuit : utilisation d’appâts, bouillettes et esches végétales UNIQUEMENT/ Tolérance pour les bouillettes « goûts » carnés

 

Arrêté préfectoral unique 2020