La saison d’arrachage de la Jussie a commencé le 1er juillet

saisos-2016

Comme chaque année depuis 2003, la fédération de pêche 44 embauche du personnel saisonnier pour procéder à l’arrachage manuel de la jussie. Les chantiers sur lesquels ils vont évoluer sont multiples et disséminés sur tout le département : lac de Beaulieu à Couëron (déjà fait!), étang du gué aux biches, frayère de Tressé à Plessé au bord du canal de Nantes à Brest, … vous les croiserez certainement si vous fréquentez ces sites de pêche.saisos-2016

C’est en partie grâce à eux que vos parties de pêche se déroulent sans anicroche ! Yannick, Cyril, Julien et Frédérick, les « petites mains » de la fédération de pêche, vous ouvrent la voie et n’ont de cesse d’arracher cette maudite jussie qui hante nos cours d’eau et nos plans d’eau. Sans eux, à coup sûr, certains sites seraient impraticables à la pêche.

 

 

 

Un travail de force…un travail d’orfèvre…

Certains chantier sont tellement infestés que les volumes sont colossaux: il faut lui renter dedans et arracher les herbiers en force. Mais les finitions doivent être impeccables s’il l’on veut pérenniser nos efforts sur la saison.

Sur la saison seulement car la jussie reste ancrée d’une année sur l’autre et sur les mêmes sites. Une fois implantée elle reste présente sur le site sans jamais vraiment disparaître totalement.

Un travail de longue haleinearrachage-jussie-2016

Sur le plan d’eau du gué aux biches par exemple, la jussie y a été détectée en juillet 2007. Depuis, inlassablement, les équipes se succèdent pour détecter les plantules et les boutures dans un dédale, un vrai labyrinthe végétal. Le travail sur ce plan d’eau peut prendre plusieurs semaines car le but est de protéger la zone humide et le plan d’eau de toute infestation importante. Le travail de prospection est long, fastidieux et les déplacements sont laborieux (la vase s’assèche au fil des mois chauds et la progression reste extrêmement difficile).

Tous ces chantiers devront inlassablement être suivis l’année prochaine  car personne n’a encore trouvé de solutions d’éradication de cette jolie fleur dans une peau d’vache !

Voir l’article sur la gestion des plantes invasives