Le suivi départemental porté par la Fédération

Le bilan annuel est réalisé sur la base des observations transmises par un réseau d’une vingtaine de structures ayant une emprise locale (communautés de commune, gestionnaires de cours d’eau et de marais, opérateurs Natura 2000). Cette mission fait l’objet d’un soutien financier du Conseil Départemental de Loire-Atlantique, désireux de disposer d’aide à la décision. En effet, depuis 10 ans, le CD44 apporte un soutien financier aux acteurs publics pour gérer ces phénomènes d’envahissements portant atteinte à la biodiversité locale et aux usagers (pêche, agriculture, navigation etc). Ces données ont également vocation à alimenter les démarches nationales sur ce thème.

Les espèces végétales invasives / envahissantes présentes en Loire-Atlantique

Treize espèces exotiques aquatiques invasives ou à potentiel invasif ont été recensées sur le réseau hydrographique de la Loire-Atlantique depuis le début du suivi en 2006 . Certaines implantées de longue date, semblent s’être acclimatées, d’autres apparaissent ponctuellement et disparaissent aussi vite, enfin certaines se sont implantées et causent des perturbations notables. Voir liste ci-après)

Quel est l’état d’envahissement de nos cours d ‘eau?

En 2016, tous les bassins versants du territoire du Département sont concernés, y compris les bassins côtiers. Les milieux les plus propices à l’installation de ces espèces sont les zones à caractère lentique (aux faibles écoulements) comme les marais, étangs et zones humides annexes aux cours d’eau. La jussie reste l’espèce la plus présente et la plus problématique. L’égerie dense et l’élodée de Nutall restent également très implantées et difficiles à gérer sur certains secteur. Enfin, on notera l’émergence d’une espèce particulièrement préoccupante sur le territoire : la crassule de Helms. Les rapports proposés au téléchargement ci après dressent un bilan de la situation par bassin versant, et met en avant les différentes actions de gestion entreprises par les acteurs locaux (y compris les actions menées en régie par la Fédération).

 

Les résultats du suivi inter-annuel

Pour des raisons de contraintes liées au web, la version proposée offre une qualité graphique minimale. Le rapport dans sa version originale est disponible sur demande.. Mise en garde / Précaution de lecture : Les cartes présentées ne concernent que les observations rapportées par les observateurs lors de l’année d’édition du rapport

Premier de Couverture - RAPPORT - PAENV 2016

Rapport et atlas 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Archives 2015
Miniature_Rapport_PAInv_2015

Rapport PAENV 2015

 

 

 

——————————————————

Liste des espèces invasives végétales aquatiques observées en Loire-Atlantique et classement associés 

 

Espèce ou groupe d’espèce

Premier signalement transmis à la Fédération ou à son réseau d’observateur

Classement de l’espèce selon la liste des plantes vasculaires invasives des Pays de la Loire (DORTEL et al. 2013)

Situation départementale

Les jussies[1]

Ludwigia peploïdes ; Ludwigia uruguayensis

 

Alors que la première observation de jussie en Bretagne date de 1987, dans les environs de Rennes (DIARD, 2005), les premiers signalements en 44 concernent l’Erdre (L. uruguayensis) vers 1990 sur l’Erdre, et la Brière en 1994.

Espèces invasives avérées installées portant atteinte à la biodiversité avec impacts économiques (IA1/3i)

 

(pour les deux taxons)

Espèces faisant l’objet de plans de gestion à l’échelle de bassins versants

Le Myriophylle du Brésil

Myriophyllum aquaticum

Premières apparitions non datées. Signalé en Brière entre 1990 et 2000

Espèce invasive avérée installée portant atteinte à la biodiversité avec impacts économiques (IA1/3i)

Espèce faisant l’objet de plans de gestion localisés

Elodée de Nuttall

Elodea nuttallii

Premières apparitions non datées.

Espèce invasive avérée installée portant atteinte à la biodiversité (IA1i)

Espèce faisant l’objet de plans de gestion à l’échelle de bassins versants

L’azolla fausse fougère

Azolla filiculoides

Premières apparitions non datées. Bien qu’observée régulièrement, depuis le début du suivi en 2006 seul un bloom en 2008 a été signalé (marais de Goulaine)

Espèce invasive avérée installée portant atteinte à la biodiversité (IA1i)

Espèce ne faisant l’objet d’aucun plan de gestion. Le plus souvent considérée comme naturalisée ne présentant que rarement des effets d’invasion marqués.

L’Egeria Dense, Elodée dense ou du Brésil

Egeria densa

Premières apparitions non datées. Probablement avant les années 1990.

Espèce invasive avérée installée portant atteinte à la biodiversité (IA1i)

Espèce faisant l’objet de plans de gestion à l’échelle de bassins versants

La lentille d’eau douce minuscule

Lemna minuta

Premières apparitions non datées. Non identifiée par le réseau d’observateurs mais connu du CBN à l’état sauvage en 2012.

Espèce invasive avérées installée portant atteinte à la biodiversité (IA1i)

Espèce déjà recensée en 44 mais mal identifiée par le réseau d’observateur, ne faisant pas l’objet de plan de gestion

L’hydrocotyle fausse renoncule

 

Hydrocotyle ranunculoides

Première observation aux alentours de 2006, sur un bassin d’orage sur le bassin versant de la Chézine (informations transmise au réseau seulement en 2009). Deux autres foyers très distants furent détectés en 2007 à la Turballe et à St-Michel-chef-chef.

Espèce invasive avérée émergentes (IAe)

Espèce faisant l’objet de plans de gestion localisés sur chaque foyer identifié (3 foyers en 2012)

La Crassule de Helms

Crassula helmsii

 

Premières apparitions non datées. Signalée pour la première fois en 2010.

Espèce invasive avérée émergente (IAe)

Espèce faisant l’objet de plans de gestion localisés sur chaque foyer identifié (3 foyers en 2012)

la Sagittaire à larges feuilles

Sagittaria latifolia

Premières apparitions non datées. Non identifiée par le réseau d’observateurs mais connu du CBN à l’état sauvage en 2012.

Espèce invasive potentielle, Plante naturalisée ou en voie de naturalisation, ayant tendance à envahir les milieux naturels (IP5)

Espèce déjà recensée en 44 mais mal identifiée par le réseau d’observateur, ne faisant pas l’objet de plan de gestion

Le Grand Lagarosiphon

Lagarosiphon major

Premières apparitions non datées. Signalé en Brière avant 1995

Espèce à surveiller : Plante n’étant pas considérée comme invasive dans la région, mais connue comme telle dans des régions à climat proche (AS5)

Espèce ne faisant l’objet d’aucun plan de gestion. Le plus souvent considérée comme naturalisée ne présentant que rarement des effets d’invasion marqués.

La Jacinthe d’eau ou Calamote

Eichhorn crassipes

 

 

Premières apparitions non datées. Observée en 2007 sur un étang du bassin du Brivet (même site concerné par la laitue d’eau). Les herbiers ont disparus l’année suivante.

Espèce à surveiller : Plante n’étant pas considérée comme invasive dans la région, mais connue comme telle dans des régions à climat proche (AS5)

Espèce observée de façon très anecdotique (une saison sans récidive les années suivantes)

La Laitue d’eau

Pistia stratiotes

 

Premières apparitions non datées. Premier signalement de foyers importants en 2007 sur deux sites distants (la Sèvre Nantaise et un étang sur le bassin du Brivet). Les deux foyers ont disparu l’année suivante.

Espèce à surveiller : Plante n’étant pas considérée comme invasive dans la région, mais connue comme telles dans des régions à climat proche (AS5)

Espèce observée de façon très anecdotique (une saison sans récidive les années suivantes)

Elodée du Canada

Elodea canadensis

Premières apparitions non datées. Une grosse invasion a fait l’objet d’une lutte importante sur l’Erdre dans les années 70.

Espèce à surveiller : Plante n’étant plus considérée comme invasive (intégrée à la flore locale sans dommages aux communautés végétales indigènes) (AS4)

Espèce ne faisant l’objet d’aucun plan de gestion. Le plus souvent considérée comme naturalisée ne présentant que rarement des effets d’invasion marqués.


[1] Les jussies sont les seules espèces interdites à la commercialisation
[2] Classement selon « DORTEL, F., LACROIX, P., LE BAIL, J., GESLIN, J., MAGNANON, S. and VALLET, J. (2013) Liste des plantes vasculaires invasives des Pays de la Loire. Liste 2012 approuvée le 11/04/2013 par le CSRPN. 38p pp. Conservatoire Botanique National de Brest. »